Le taux de remplacement est le nombre d'enfants qu'un couple devrait avoir au cours de ses années de reproduction pour se remplacer.[1] L'ONU indique que ce taux de remplacement dans le monde est de 2,1 enfants par couple ;[2]cependant, certaines régions ont des taux plus ou moins prononcés en fonction du développement du pays, les pays moins développés ayant besoin de 2,3 enfants nés par couple pour remplacer la population.[3] Ce 0,1 ou 0,3 supplémentaire est dû au fait que le remplacement est impossible si un individu ne vit pas jusqu'à la fin de ses années de reproduction et n'a pas ses propres enfants ; ce supplément est donc ajouté par couple pour tenir compte du décès ou de l'infertilité à l'âge adulte.[3] Par conséquent, les pays moins stables ont besoin d'un plus grand nombre d'enfants par couple en moyenne, car un plus grand nombre de personnes ne parviennent pas à la fin de leurs années de reproduction.

À mesure que les pays se développent, les taux de fécondité tendent généralement vers le taux de remplacement.[2] Cela est dû à la baisse des niveaux de mortalité infantile, à un meilleur accès à la nourriture et aux médicaments, et à la diminution des cas de guerre civile. En comparant le taux de fécondité total d'un pays à son taux de remplacement, on peut savoir si la population du pays va augmenter ou diminuer, de manière générale. Dans les pays où le taux de fécondité total est plus élevé que le taux de remplacement, la croissance démographique sera positive. En revanche, si le taux de fécondité total est inférieur au taux de remplacement, la croissance démographique sera éventuellement négative. Cependant, il faut souvent des décennies avant que la population ne connaisse réellement une diminution.[4] De plus, le taux de fécondité n'est qu'un des facteurs qui déterminent la population à long terme ; les taux d'émigration et d'immigration jouent également dans la croissance démographique d'un pays. Par exemple, la population du Canada augmente parce qu'il y a presque autant de personnes qui immigrent au Canada que de personnes qui y naissent.[5]

Figure 1. La carte originale peut être trouvée ici[6] Notez comment, dans la plupart des pays, le taux de fécondité tombe en dessous du taux de remplacement de la population.

Pour en savoir plus

Références

  1. Population Reference Bureau. (2015, Mar. 5). Glossary of Demographic Terms [Online]. Available: http://www.prb.org/Publications/Lesson-Plans/Glossary.aspx
  2. 2,0 et 2,1 UN Population Division. (2015, Mar. 5). World Urbanization Prospects (2014 Revision) [Online]. Available: http://esa.un.org/unpd/wup/Country-Profiles/.
  3. 3,0 et 3,1 Matt Rosenburg. (2015, Mar. 5). Total Fertility Rate [Online]. Available: http://geography.about.com/od/populationgeography/a/fertilityrate.htm
  4. Statistics Canada. (2015, Mar. 5). Components of Population Growth [Online]. Available: http://www.statcan.gc.ca/pub/91-003-x/2007001/4129903-eng.htm
  5. See Stat's Canada data online (accessed March 16th, 2015): http://www.statcan.gc.ca/pub/91-209-x/2013001/article/11784/c-g/fig01-eng.htm and http://www.statcan.gc.ca/pub/91-209-x/2013001/article/11787/fig/fig1-eng.htm
  6. This image was taken from wikimedia's image repository, accessed July 17th, 2018. https://en.wikipedia.org/wiki/File:Total_Fertility_Rate,_1950_-_2100,_World_Population_Prospects_2015,_United_Nations.gif. Les données proviennent des Nations Unies, Département des affaires économiques et sociales, Division de la population. Pour plus d'informations, veuillez consulter ici.