Torchage


Figure 1 : Une torche de gaz naturel au sommet d'une plateforme de 15 mètres.[1]

Le torchage ou brûlage des gaz est le processus par lequel le gaz naturel est brûlé de manière contrôlée lors de l'extraction du pétrole. Sinon, le gaz naturel peut brûler de manière incontrôlée et être très dangereux. Habituellement, le gaz naturel est capturé, mais lorsque cela est impossible, il est brûlé à la torche. Le brûlage à la torche permet de réduire le risque d'inflammation du gaz dans les installations ou d'éliminer un produit qui n'est plus utilisable.[2] Le volume de gaz torché est généralement mesuré en mmc ou en milliard de mètres cubes.

Lorsque du pétrole se forme dans le sous-sol, il se forme généralement une certaine quantité de gaz naturel avec lui et les deux sont piégés dans un réservoir de pétrole et de gaz. Étant moins dense que le pétrole, le gaz naturel se dépose au-dessus du pétrole dans une poche de gaz. Lorsque les entreprises forent ce pétrole pour tenter de l'extraire, ce gaz naturel a désormais un endroit où s'échapper du réservoir et accompagne le pétrole à la surface. Dans certains réservoirs, il y a suffisamment de gaz naturel pour qu'il soit économique de l'extraire avec le pétrole. Cependant, dans d'autres cas, le gaz est présent en si petites quantités qu'il n'est pratiquement d'aucune utilité, d'où le recours au torchage.[3]. Par ailleurs, lorsque des travaux de maintenance sont nécessaires sur les installations, le torchage est utilisé pour réduire les niveaux de gaz naturel afin de créer un environnement plus sûr pour les travailleurs.[4]

Dioxyde de carbone provenant du torchage

Figure 2. En 2011, au niveau mondial, le torchage représentait moins de 1% des émissions de GES des combustibles fossiles. Cela représente tout de même une grande quantité de [math]\ce{CO2}[/math] au total.

Le torchage du gaz naturel entraîne la libération de dioxyde de carbone dans l'atmosphère de la même manière que la combustion du gaz naturel comme combustible. Cependant, l'une des principales préoccupations liées à l'utilisation du torchage est qu'il n'y a pas de véritable utilisation ou avantage autre que la sécurité des personnes et des équipements. Bien que le torchage soit largement utilisé, il est rarement à l'origine d'une part importante des émissions de gaz à effet de serre d'un pays, à l'exception de quelques pays (principalement en Afrique). Globalement, dans le monde, le torchage représente moins de 1 % des émissions de CO2.

Le torchage libère d'importantes émissions de gaz à effet de serre dans l'atmosphère et ne produit aucun travail (énergie utile). Cependant, le torchage du gaz a un effet de réchauffement planétaire moins important que si le gaz naturel s'échappait simplement dans l'atmosphère. En effet, le méthane (CH4), principal composant du gaz naturel, a un potentiel de réchauffement planétaire plus élevé que le dioxyde de carbone. Ainsi, en enflammant le méthane et en créant plutôt du dioxyde de carbone, le carbone libéré dans l'atmosphère a des répercussions moins négatives. Toutefois, cela ne signifie pas que le torchage est bénéfique, car le fait de garder le carbone sous terre aurait encore moins d'impact.

Inconvénients du torchage

Le torchage du gaz naturel contribue au changement climatique, car il libère du dioxyde de carbone. En outre, selon la pureté du gaz naturel, il y a d'autres émissions nocives, comme les oxydes de soufre et les oxydes d'azote, qui se combinent à l'humidité de l'atmosphère pour former des pluies acides.[5] Cette pluie acidifie à son tour les lacs et les cours d'eau et endommage la végétation. D'autres polluants tels que les particules, les hydrocarbures et les cendres peuvent épuiser les nutriments du sol par le biais de l'acidification, ce qui nuit à l'agriculture.

En plus de l'impact environnemental, le torchage peut avoir des conséquences sur la santé. L'exposition aux émissions du torchage peut avoir des effets néfastes sur la santé, notamment le cancer, des lésions pulmonaires et des problèmes de peau.[5]

Réduction du torchage

Le réchauffement planétaire étant de plus en plus reconnu, de nombreuses compagnies pétrolières mettent au point des méthodes permettant de réduire la nécessité du torchage. Ainsi, le torchage a diminué dans le monde entier. De nouvelles technologies sont mises au point pour permettre d'utiliser le gaz naturel d'une manière qui n'existait pas auparavant. Par exemple, le gaz naturel peut maintenant être pompé dans les puits de pétrole afin d'augmenter la pression et de permettre au pétrole d'être pompé en continu.[6] De plus, la quantité de torchères a encore diminué depuis que le gaz naturel est devenu un produit que les entreprises veulent exploiter et vendre.[7] Il est encore nécessaire de réduire davantage le torchage, en particulier dans les pays moins développés où le gaz naturel torché pourrait être utilisé par ceux qui en ont désespérément besoin.

Pour en savoir plus sur les projets visant à réduire le torchage du gaz dans le monde, veuillez consulter le projet GGFR de la Banque mondiale.

En savoir plus

Pour plus d'informations, veuillez consulter les pages correspondantes ci-dessous :

Références

  1. M. Gorissen. Photographer. Well test; Flaring. Flickr. 2015 [Accessed 29 July 2015]
  2. Tom Michelussi. (August 5, 2014).Altus Environmental Engineering Ltd, Best Management Practices for Facility Flare Reduction.
  3. Clearstone Engineering Ltd. (August 5, 2014). Guide for Estimation of Flaring and Venting Volumes
  4. Canadian Association of Petroleum Producers. (August 5, 2014). Emergency Air Monitoring Best Management Practices.
  5. 5,0 et 5,1 Anslem O. Ajugwo. (June 9, 2015). Negative Effects of Gas Flaring: The Nigerian Experience [Online]. Available: http://pubs.sciepub.com/jephh/1/1/2/
  6. N. Cheremisinoff and P. Rosenfeld, Handbook of Pollution Prevention and Cleaner Production - Best Practices in The Petroleum Industry. Reino Unido: William Andrew, 2009, pp. 1-97.
  7. World Bank. (August 5, 2014). Natural Gas and Global Gas Flaring Reduction. Available: http://go.worldbank.org/7WIFCC42A0 [August 5, 2014]

Auteurs et rédacteurs

Ethan Boechler, Paul Frey, Jason Donev
Dernière mise à jour : 31 janvier, 2022
Obtenir une citation