Figure 1. Photographie de Mars, montrant son atmosphère mince.[1]

L'effet de serre n'est pas le même sur toutes les planètes et diffère considérablement en fonction de l'épaisseur et de la composition de l'atmosphère. Vénus, la Terre et Mars sont trois planètes qui montrent à quel point les conditions d'une planète peuvent changer avec les différents niveaux de l'effet de serre.

La Terre, Mars et Vénus sont à différentes distances du Soleil. Vénus est la planète la plus proche et la plus chaude, suivie de la Terre et ensuite de Mars. Ces planètes se trouvent à presque la même distance du Soleil, se sont formées à partir du même matériau et avaient approximativement la même température initiale il y a plusieurs milliards d'années.[2] Malgré ces conditions initiales similaires, Vénus est maintenant trop chaude pour la vie et Mars trop froide. Cette différence de température est causée en partie par les valeurs variables de l'énergie incidente sur ces planètes. La principale différence est toujours causée par la composition et l'épaisseur de l'atmosphère d'une planète.

Différence de températures et l'effet de serre

L'atmosphère de la Terre est principalement composée d'azote et d'oxygène avec des traces de gaz à effet de serre. Le faible pourcentage de gaz à effet de serre est encore suffisant pour augmenter la température moyenne de la Terre de 33°C ! Sans gaz à effet de serre, la température moyenne de la Terre serait de -18°C. La vie sur Terre a besoin de l'effet de serre pour que la température moyenne soit de 15 °C. L'épaisseur de l'atmosphère terrestre, combinée à la quantité modérée de gaz à effet de serre, permet de retenir suffisamment de chaleur rayonnante dans l'atmosphère pour créer une planète tempérée et habitable.[3]

Le climat de Mars est très différent de celui de la Terre ; l'atmosphère de Mars est très mince, sa densité atmosphérique représentant 1 % de celle de la Terre. [3] De plus, sa composition crée des différences majeures. L'atmosphère de Mars est composée principalement de dioxyde de carbone, mais il y a si peu de dioxyde de carbone dans l'ensemble que l'effet de serre est essentiellement négligeable. Ce facteur et la distance du Soleil rendent la température de Mars nettement plus basse que celle de la Terre.

Vénus est l'opposé de Mars dans tous les domaines énumérés ci-dessus. L'atmosphère de Vénus est 100 fois plus dense que celle de la Terre, et 96 % de l'atmosphère est composée de dioxyde de carbone. Cela crée un énorme effet de serre qui augmente la température de Vénus d'environ 462°C - suffisamment pour faire fondre le plomb ![3] Bien que la présence d'un effet de serre incontrôlé sur Vénus explique en grande partie pourquoi elle est si chaude, la proximité du Soleil y contribue également. L'effet de serre sur Vénus double la température absolue par rapport à ce qu'elle serait si Vénus n'avait pas d'atmosphère.[2]

En général, la Terre, Mars et Vénus ont des atmosphères, intérieurs, surfaces et quantités de GES similaires. Cependant, les différents niveaux de gaz à effet de serre dans l'atmosphère modifient les températures des planètes de manière significative. Le dioxyde de carbone domine les gaz à effet de serre dans l'atmosphère de ces planètes, mais le réchauffement sur ces dernières varie considérablement.[4]

En savoir plus

Références

  1. "Mars atmosphere". Transferred from de.wikipedia to Commons. Original source: taken from Viking Orbiter Raw Image Archive on CD-ROM (PDS) (info;order). Licensed under Public Domain via Wikimedia Commons - https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Mars_atmosphere.jpg#/media/File:Mars_atmosphere.jpg
  2. 2,0 et 2,1 Nick Strobel. (May 7, 2015). Planetary Science [Online]. Available: http://www.astronomynotes.com/solarsys/s9.htm
  3. 3,0 3,1 et 3,2 R. Wolfson. (May 7, 2015). Environment and Climate, 2nd ed. New York, U.S.A. Norton, 2012, pp. 335-337
  4. Eddie Schwieterman. (May 7, 2015). Comparing the Greenhouse Effect on Earth, Mars, Venus, and Titan: Present Day and through Time [Online]. Available: http://www.astro.washington.edu/users/eschwiet/essays/greenhouse_ASTR555.pdf