Gaz naturel


Dans d’autres langues:EnglishEspañol
Figure 1: Une torchère de gaz naturel sur une plate-forme de 15 mètres.[1]

Le gaz naturel est un gaz incolore et inodore qui brûle facilement (voir le torchage à la figure 1) et se compose généralement de (90 % ou plus) de méthane (CH4).[2] Le gaz naturel non traité, également appelé gaz naturel brut, est l'une des sources principales d'énergie primaire dans le monde, représentant environ 1/5 de l'énergie primaire mondiale. Après le traitement du gaz, la plupart des gens l'appellent toujours « gaz naturel », mais ce gaz naturel d'utilisation finale est également connu sous le nom de gaz naturel de consommation et aussi gaz de vente ou gaz commercialisable.[3] Le gaz naturel de consommation est une devise énergétique flexible ; et 15 % d'énergie d'utilisation finale dans le monde vient du gaz naturel brûlé par les consommateurs dans leurs maisons ou leurs entreprises. En plus, c'est le gaz naturel qui est transformé en électricité.

Dans son état non traité, le gaz naturel brut est composé de quantités variables de méthane, éthane, propane, butane et pentane. Souvent, il contient également des impuretés sous forme de substances telles que l'oxygène, la sulfure d'hydrogène, l'azote, l'eau et le dioxyde de carbone[2] Une fois que le gaz naturel a été transformé pour la consommation, il est composé principalement de méthane avec des traces d'autres molécules.

Comme tous les combustibles fossiles, le gaz naturel s'est formé à partir des restes décomposés d'animaux et de plantes qui vivaient il y a des millions d'années.[4] La haute pression et les températures élevées des profondeurs souterraines ont facilité la conversion des matières végétales et animales en hydrocarbures.

Gaz naturel de consommation

Le gaz naturel de consommation (ou le gaz de vente) est une devise énergétique très flexible. Il est utilisé à plusieurs fins, en particulier dans les foyers. Ci-dessous sont quelques exemples courants :[4]

De nombreux bâtiments, allant des bureaux corporatifs aux restaurants ou même aux piscines, utilisent du gaz naturel pour le chauffage. [4] De plus, il existe des utilisations industrielles. Par exemple, dans la province canadienne de l'Alberta, l'utilisation résidentielle et commerciale ne représente que 25 % de l'utilisation du gaz. [4] Les 75 % qui restent sont consommés par le secteur industriel pour le raffinage du pétrole, le traitement des aliments ainsi que dans les industries du métal, du plastique, du verre, des pâtes et du papier.

Le gaz naturel pour véhicules (GNV) est une autre utilisation croissante du gaz naturel de consommation, dont les émissions sont inférieures à celles du moteur diesel ou du moteur à essence.

À mesure que la demande de gaz naturel augmente dans le monde, la nécessité de le transporter à l'étranger augmente également. Une méthode de transport du gaz naturel est sous forme liquéfiée, connue sous le nom de GNL, à l'aide de grands navires.

Extraction

Selon les Ressources naturelles Canada, le Canada possède une ressource de gaz naturel de 1 220 billions de pieds cubes.[5] Alors qu'un peu plus de 15 % de ce gaz naturel a été récupéré, le reste est contenu dans quatre types de gisements dont l'un est conventionnel et les trois autres sont non conventionnels : le gisement de gaz de schiste, le gisement de gaz étanche et le méthane de houille.

Avantages et inconvénients

Le gaz naturel a une densité énergétique élevée (pour un combustible fossile) et des applications flexibles, ce qui en fait un combustible populaire. Les gens qui préconisent l'utilisation du gaz naturel le considèrent souvent comme le combustible fossile le moins polluant.[2] Même en tant que combustible fossile assez propre, le gaz naturel est toujours composé d'hydrocarbures, et sa combustion libère du CO2 et d'autres polluants (le NOx étant un problème, en particulier). Bien que l'utilisation du gaz naturel soit souvent une amélioration par rapport au charbon, sa combustion contribue de toute façon à la pollution de l'air et au changement climatique.

L'extraction de gaz naturel et la production d'électricité souffrent toutes les deux de l'opposition du syndrome NIMBY/Not in my backyard (pas dans mon arrière-cour). Le syndrome NIMBY se produit lorsque les gens consentent à une idée tant qu'ils ne seront pas directement affectés par elle. Cliquez ici pour obtenir des données sur le soutien des Canadiens du gaz naturel comme source d'énergie.

Avec les progrès des techniques de fracturation, les réserves de gaz naturel devraient durer longtemps. Consultez le graphique interactif ci-dessous pour découvrir la quantité de gaz naturel utilisée dans divers pays du monde.

Graphique interactif

En savoir plus

Références

  1. M. Gorissen. Photographer. Well test; Flaring. Flickr. 2015 [Accessed 29 July 2015]
  2. 2,0 2,1 et 2,2 S. Faramawy, T. Zaki and A. Sakr, "Natural gas origin, composition, and processing: A review", Journal of Natural Gas Science and Engineering, vol. 34, pp. 34-54, 2016. Available: 10.1016/j.jngse.2016.06.030 [Accessed 10 May 2020].
  3. Canada Energy Regulator https://www.cer-rec.gc.ca/nrg/tl/glssr-eng.html Accessed May 19th, 2020.
  4. 4,0 4,1 4,2 et 4,3 Alberta Energy. (2013). "What is Natural Gas?" [Online]. Available: http://www.energy.alberta.ca/NaturalGas/723.asp. [Accessed 21 October 2013]. Cette page a été supprimée et notre équipe n'a pas encore trouvé de source de remplacement appropriée. Nous sommes désolés.
  5. "Natural Gas Facts | Natural Resources Canada", Nrcan.gc.ca. [Online]. Available: https://www.nrcan.gc.ca/science-data/data-analysis/energy-data-analysis/energy-facts/natural-gas-facts/20067. [Accessed: 10- May- 2020].

Auteurs et rédacteurs

Ethan Boechler, Jordan Hanania, Braden Heffernan, James Jenden, Victoria Johnson, Ellen Lloyd, Anna Pletnyova, Kailyn Stenhouse, Luisa Vargas Suarez, Kandi Wong, Jason Donev
Dernière mise à jour : 28 septembre, 2021
Obtenir une citation